Pourquoi?

NOTRE HISTOIRE

En avril 2017, nous avons lancé le service d'information «Dobrovolitsy» (femmes volontaires) — il a duré jusqu'en décembre 2018. Avec la mise à l'échelle du service, les coûts opérationnels (principalement le contrôle de la qualité pour minimiser les risques d'empoisonnement) ont augmenté de façon exponentielle, ce qui nous a obligés à rechercher d'autres modèles. Grâce au projet «Dobrovolitsy» depuis le début de son existence, plus de 500 volontaires ont aidé de manière ponctuelle, périodique et continue plus de 200 personnes dans le besoin. Nous connaissons plus de 3000 faits de soutien avec les dîners chauds.

Les Dobrovolitsy et les gens en tutelle restent en contact jusqu'à présent et sans aucune participation de la part du projet. Le développement du bon voisinage était notre objectif prioritaire.

Au cours du test des modèles du projet, nous avons constaté une chose très importante: en majorité les gens sont prêts, disposés à faire du bien et à participer à la philanthropie. Surtout si vous leur donnez une occasion facile d'aider.

Grâce au projet, de nombreuses personnes gagneront une confiance fondamentale dans l'avenir - cela améliorera leur qualité de vie, réduisant considérablement le stress et les tensions.

Notre objectif — est de créer un réseau de cuisines sociales pour les nécessiteux (lutte contre la faim et la pauvreté), qui cuisinent à partir de produits récupérés* (l’écologie), que nous achetons dans les supermarchés à prix réduit le jour de la date d'expiration. Nous voulons également soutenir d'autres Fondations que nos utilisateurs offriront..

En Russie, les inégalités sociales sont terribles et un grand nombre de personnes vivent sous le seuil de pauvreté sans avoir assez de moyens pour la nourriture.

12.3

% de la population de la Fédération de Russie

vit en dessous du niveau de pauvreté absolue en Russie
(RBC 2020)

18.4

millions de personnes

ont des revenus inférieurs au niveau officiel de minimum vital
(RBC 2020)

28

millions de personnes

de tous les pauvres sont des retraités
(Rosstat 2018)

38

% de retraités

sont dans une zone de risques accrus qui ne sont pas compensés par leurs chances de vie
(experts Institut de politique sociale de l’École supérieure d'économie de l'Université nationale de recherche 2019)

Pour être durable (ne pas dépendre de subventions et de dons) et aider de manière durable les personnes dans le besoin en leur donnant la certitude qu'elles auront quelque chose à manger demain, nous voulons créer un écosystème d'entreprises qui consacrent entièrement les bénéfices vers la charité.

NOTRE PLAN IDÉAL (nous comprenons que la réalité est variable et nous allons l’ajuster dans le processus):

Maintenant nous avons lancé à Kaliningrad le service BONO — c’est une commande de repas préparé à partir de restaurants dont les bénéfices sont entièrement consacrés vers les fondations amicales.. Nous espérons que les gens répondront à l’idée de «TOUTES CHOSES ÉTANT ÉGALES PAR AILLEURS, OPTEZ POUR UN SERVICE AVEC UNE COMPOSANTE SOCIALE» (menu, prix, vitesse d’exécution et de livraison sont égaux à l’offre du restaurant et d’autres services d’agrégateurs).

Si le noyau à orientation sociale de notre public est suffisant — pour créer un système informatique de qualité agréable et facile à utiliser pour vous, nous entraînerons de grands donateurs et de parties prenantes (juste de gens avec un capital qui sont proche de l’idée ou, par exemple, les restaurants qui sont maintenant contraints de payer des services existants jusqu’à 35% de commission pour chaque commande (Vedomosti 2019)).

Si nous ne pouvons pas impliquer de grands donateurs, nous organiserons une campagne de financement participatif.

Après le lancement d’un service complet de commande de nourriture préparée à partir de restaurants au profit de celui-ci, nous allons créer un réseau de cuisines sociales dans toute la Russie, en résolvant de problèmes de la faim et de problèmes environnementaux.


NOS RÊVES

Stratégiquement, nous voyons des opportunités de croissance incroyables:

Tout d’abord, la création d’autres places de marché qui ont de faibles coûts de démarrage, car il y aura déjà une base sous la forme d’un système informatique créé et d’utilisateurs existants. Les nouveaux marchés sont choisis par vote à la demande des participants.

Deuxièmement, il existe une possibilité réaliste d’entrer sur les marchés étrangers par le biais de la communauté internationale amicale des entrepreneurs sociaux d’Ashoka.




* que sont les produits «sauvés»? Environ un tiers de toutes les denrées alimentaires sont perdues(FAO UN 2019). Depuis la fin de 2018, les chaînes d’épicerie n’ont pas le droit de retourner au fabricant des marchandises non réalisées (DG FS RF 2018). Pour éviter la résonance du public et les coûts d’élimination coûteux, les chaînes d’épicerie sont prêtes à vendre des produits alimentaires le jour de la date d’expiration à un rabais substantiel, à condition qu’ils soient utilisés en faveur des nécessiteux vérifiés – nous le savons de manière fiable, car depuis avril 2017, nous nous sommes engagés dans le modèle précédent du projet Dobrovolitsy avec l’idée de base «Vous cuisinez pour vous-même, faites une portion plus grande pour les nécessiteux d’à côté».

Nous soulignons ici: les produits «sauvés» sont des produits de bonne qualité. Mais pour minimiser les risques, la cuistance dans les cuisines sociales aura lieu le soir de la collecte des produits, et les nécessiteux recevront leurs repas prêts.